Wax Masters – Duo show par Kool Koor & Alexandre Keto

Site

 

WAX MASTERS

Duo show par Kool Koor & Alexandre Keto

 

Vernissage vendredi 15 février à 19h
Entrée libre

 

16 FÉVRIER > 14 AVRIL 2019
Entrée : 3 €

 

Les plasticiens Kool Koor et Alexandre Keto ont investi l’espace de la Manufacture 111 pour travailler ensemble à la naissance de Wax Masters.

Organisée dans le cadre du Black History Month, cette exposition est conçue comme un hommage aux cultures noires, narrant la diaspora africaine, des débuts de la traite négrière à l’arrivée des esclaves en Amérique, le tout à travers des installations, des œuvres interactives et des toiles collaboratives.

Le titre a d’ailleurs été choisi pour la transversalité et la pluridisciplinarité qu’il évoque.

En effet, le wax est le nom donné aux tissus africains ornés de motifs et de couleurs chatoyantes. Même si leur fabrication est européenne, l’imagerie populaire les lie immédiatement à la culture africaine, voire tribale. C’est cette identification presque inconsciente tant elle est évidente qui a poussé Kool Koor et Alexandre Keto à utiliser l’esthétique de ces tissus dans un contexte artistique.

‘Wax master’ désigne également l’objet utilisé pour presser les disques vinyles.
Mettre en avant le lien très fort qui existe entre les musiques américaines et africaines est également un moyen d’honorer les cultures noires et les richesses qu’elles ont pu apporter à bon nombre de peuples occidentaux.

Wax Masters constitue donc une passerelle entre plusieurs univers (Afrique, Amérique et culture occidentale) et plusieurs disciplines (art tribal, codes vestimentaires et imagerie populaire, esthétique traditionnelle et modernité, musique), un cri du cœur pour ces deux artistes issus tous deux de lignées afro-descendantes, qui cherchent à retrouver leurs racines et à les sublimer aux yeux de tous.

 


 

KOOL KOOR

 

Sans titre 1

 

Né en 1963, Kool Koor a commencé son parcours artistique à New York pendant le boom des arts du graffiti au milieu des années 1970. Au début des années 1980, il exposait ses créations aux côtés de Keith Haring et de Jean-Michel Basquiat dans le monde entier.

Ses œuvres font partie de collections de musées tels que le Metropolitan Museum de New York, le Groningen Museum aux Pays-Bas et le B.A.M en Belgique.

Soucieux de suivre son propre chemin, Kool Koor quitte la scène graffiti de New York au milieu des années 80 et choisit d’exposer exclusivement dans des galeries qui ne sont pas spécialisées dans le graffiti ou le street art, en dehors des Etats-Unis.
Véritable visionnaire, Kool Koor continue aujourd’hui de perfectionner son écriture automatique et ses métropoles futuristes, n’étant jamais sûr de rien, faisant seulement appel à son intuition, laissant chaque stylo et pinceau le guider.

Les créations de Kool Koor sont caractérisées par des zones contrastées d’extension et de compression dans la toile. Sur un plan de fond presque monochrome apparaissent des ‘hiéroglyphes’ extrêmement détaillés, composés de splines, de cercles, d’angles, de lignes, de roues et d’arcs. Pris individuellement, ils ont la fluidité de la calligraphie et évoquent des éléments urbains et architecturaux.

Vues de loin, les toiles apparaissent comme des fenêtres donnant sur une autre dimension : le fond de noirs opaques et métalliques entrelacés est perçu comme un espace universel infini dans lequel dérivent les entités interconnectées et entrelacées. La lueur dorée et chatoyante de l’encre provoque divers effets, en fonction de la position du spectateur. La couleur devient plus intense en regardant de près et se dissout dans un brouillard, lorsqu’elle est observée de loin.

Kool Koor invite le spectateur à modifier constamment son point de vue en regardant chaque œuvre d’art et à rechercher les reflets de la lumière. De cette manière, nous interagissons avec ses créations au niveau individuel tout en découvrant de nouveaux éléments à chaque fois.

 


 

ALEXANDRE KETO

Comm

 

Alexandre Keto est un artiste engagé. Loin de l’idée que l’art n’a d’autre but que ravir les yeux de ses spectateurs, il l’utilise pour pallier les carences sociales qu’il constate au fil de son quotidien et de ses voyages.

Originaire du Brésil, il parcourt le monde à la recherche de nouvelles surfaces à recouvrir de ses personnages tout droit sortis de l’iconographie africaine. Murs lisses, avec aspérités, textiles, rideaux métalliques, son street-art s’adapte à toutes les échelles et tous les supports pour les parer des couleurs vives de ses inspirations tribales.

Alexandre Keto vit à Sao Paulo et a toujours aimé dessiner et peindre.

Quand il commence à pratiquer le graffiti, s’inscrivant dans le mouvement hip-hop, l’artiste s’aperçoit rapidement qu’il souhaite que ceux qui l’entourent, en particulier la communauté noire sous-représentée dans les œuvres brésiliennes, se reconnaissent dans son art.
Ainsi, il se met à représenter des personnages africains qui interpellent peu à peu les personnes de son environnement, à Sao Paulo. Il s’aperçoit rapidement qu’en s’identifiant à ces représentations, les gens engagent la discussion avec lui, exposent leurs problèmes, leurs désirs, leurs sentiments.
Alexandre Keto prend peu à peu la mesure du pouvoir que détient son art, véritable vecteur de cohésion sociale, et n’a qu’un souhait : participer à la construction d’une société plus juste.

 


 

La Manufacture 111 Bruxelles
Chaussée de Boondael 537
1050 Ixelles
Belgique