Jo Di Bona

 

Jo Di Bona a fait ses armes artistiques sur les murs et les trains dès le début des années 90 aux côtés de Nestor & Lek et de leur team VF. Fervent adepte du graffiti et de ses codes, Jo s’en éloigne petit à petit et crée ce qu’il nomme le Pop Graffiti. Savant mélange de collages et de diverses influences du graffiti, le tout profondément imprégné d’une culture pop, le Pop Graffiti donne à Jo Di Bona une réelle liberté de créer. Il rend hommage aux icônes et grands personnages de l’Histoire et travaille également sur des portraits d’anonymes, le tout avec des clins d’oeil à des artistes qui lui sont chers. En 2014, il remporte le 1er Prix du Graffiti à la Fondation EDF.

Jo Di Bona a profité de l’exposition ArtWork à la Manufacture 111 pour faire une recherche autour de son travail et rendre hommage à son seul outil, l’aérosol, et plus globalement au graffiti et à sa culture dans son ensemble. Il a présenté pour la première fois des études, souvent réservées aux peintres classiques et aux techniques dites « nobles » et traditionnelles. Ses œuvres sont une déclinaison sur le geste et sur le tracé qu’il souhaitait vif, incisif et surtout instinctif. La culture Pop est évidemment présente pour se mélanger au graffiti et venir le bousculer.